10 choses qui m’ont marquées à New York

vue de new york depuis letop of the rock

vue de New york du Top of the Rock - Rockfeller center

1- On trouve à manger partout, de tout, tout le temps !

Une chose qui m’étonne toujours c’est cette profusion de nourriture. On en trouve partout, dans la rue, dans les magasins (et par forcément alimentaires!), dans les couloirs du métro, etc. En marchant dans la rue, on trouve un camion genre tous les 500m. Honnêtement, je plains les gens qui essaient de faire un régime ici, car on est sans cesse sollicités pour manger, par l’offre pléthorique, mais aussi par les publicités ! La nourriture proposée est souvent de la malbouffe, mais pas toujours. Quelle joie le jour où ce camion de smoothies frais est apparu sur mon chemin alors que je venais de me plaindre d’avoir soif ! Un enooorme smoothie pour 5€!

un food truck a Manhattan financial district

2- Ce tips que j’oublie tout le temps !

Aux Us on donne un pourboire, “tips”, pour … tout ! Je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas inclus dans les prix … Autant pour le restaurant c’est facile, j’y pense car en France je laisse aussi un petit quelque chose lorsque le service me plait (bon aux us c’est quand même 15% minimum qu’il faut laisser). Mais pour le reste, quelle galère, je n’arrêtais pas d’oublier ! Au point de demander à chaque fois à mister monsieur si je devais laisser quelque chose ou pas. Et je me souviens de cette fois dans un restaurant où l’on est servi à la caisse, je m’excuse de ne pas avoir de monnaie pour le pourboire, et la caissière rigole gentiment en m’expliquant que dans ce genre de restaurant on n’en laisse pas. OK, je suis partie sans comprendre. Ou encore ce premier soir en débarquant à l’hôtel (catégorie moyenne pourtant) où un monsieur nous prend nos bagages. Je n’avais pas un rond, puisque je n’avais pas eu le temps de retirer des dollars ! Bref des situations gênantes, voilà ce que représentent les tips non inclus dans les prix.

un homme à la terrasse d'un café
Ne pas oublier le pourboire hein!

3- Ouai, les dog-sitters ça existe vraiment !

Je pensais que c’était une espèce de métier inventé dans les films, ou bien un peu exagéré. He bien pas du tout, une petite promenade à Central Park et vous allez en croiser une dizaine ! C’est assez marrant que des personnes soient prêtes à payer plusieurs centaines de dollars par mois pour balader Mr toutou (je préfère le faire moi-même pour ce prix-là lol!). Nous avons eu la chance de discuter avec l’une d’entre-eux, et elle nous a dit que les tarifs étaient de 25$/h par chien. A ce tarif le dog-sitter se rend au logement pour chercher le chien, lui fait faire sa ballade, et le ramène à son domicile. Quand le propriétaire rentre chez lui le soir, Mr toutou a déjà fait sa ballade (et probablement mangé et joué) !

des dogs sitters discutant entre eux

promeneur de chiens en galère a new york
Le pauvre s’est emmêlé les pieds dans les laisses de chiens !

4- Les gens sont gentils !

Non pas que je pensais que les New Yorkais étaient méchants, mais ils ont une approche très différente des Français. Lorsque je me baladais seule dans la rue, je lisais ma carte et essayais de me repérer (vous connaissez maintenant mon sens extraordinaire de l’orientation) et je ne compte plus le nombre de personnes qui m’ont proposé de l’aide ! Imaginez le même scénario dans les rues de Paris … ouais vous aussi vous êtes mort de rire, hein ?

Même topo dans le métro : une mamie arrive ? ou une femme enceinte ? c’est limite on se bat pour lui laisser sa place, et on insiste hein ! C’est ce que j’appelle, pour rire, le syndrome du super héros lol (c’est une bonne chose hein!)

intérieur d'un metro à new york

5- On affiche ses opinions politiques sans honte

J’ai eu la chance de visiter New York en pleine période électorale (j’ai même regardé un des débat à la télé en direct!). Il n’était pas rare de croiser dans la rue des gens avec des affiches, des vêtements à l’effigie de leur candidat favori. Chez nous en France, les opinions politique sont taboues, des fois que le candidat soutenu fasse une grosse boulette. Ou pire, qu’il soit élu lol! Chez les américains il n’y a pas l’air d’y avoir ce problème. En même temps, les deux candidats étaient tellement différents qu’on peut difficilement se tromper sur ses opinions…

portrait de Barack Obama et autres leaders afro américains dans un restaurant de Harlem

6- Les musées sont tellement riches que l’entrée n’a pas de prix

Non contente d’avoir parmi les meilleurs musées du monde, New York a également les musées les plus accessibles. Quelle surprise de découvrir que certains musées, comme le musée d’histoire naturelle ou le MET ne s’embêtent même pas à fixer un prix obligatoire pour l’entrée ! Non, l’entrée se fait sur “donation”, vous donnez ce que vous pouvez ! Bien sûr il y a une donation suggérée, relativement chère, mais vous pouvez donner moins. Certains petits malins ne donnent rien, mais pour continuer à profiter de musées d’une telle qualité, il faut contribuer un petit peu.

une salle du musée le MET
le Met, entrée sur donation – « Pay as you wish »
une salle du musée Moma
Musée Moma en plein coeur de Manhattan. Entrée : 25$ fixe

7- Le métro et le système de paiement

Je savais que le métro de New York avait un fonctionnement particulier, notamment grâce à l’article très drôle de Valiz Storiz sur le sujet. Donc c’est toute confiante que j’ai acheté ma carte à l’aéroport de la Guardia et que j’y mets 15$ de crédit. Aujourd’hui encore je ne sais pas à quoi cela m’a servi étant donné que le bus de l’aéroport vers le métro n’avait pas de valideur…bref, cela restera un mystère. Les métros maintenant : le système de carte est plutôt bien fait. En effet, on achète une carte magnétique, 2$, puis on peut la charger soit avec du crédit, soit avec un abonnement d’une semaine, soit les deux (comme sur la mienne du coup).

Ensuite c’est l’abonnement qui se déclenche en priorité, et lorsque qu’il est fini ou que vous utilisez un ferry, c’est pris sur le crédit. Là où le bât blesse c’est lors de l’entrée dans le métro : à Paris par exemple, vous pouvez rentrer dans n’importe quelle bouche de métro, puis vous choisissez le sens de la ligne qui vous intéresse. Eh bien à New York non, il y a une bouche dans un sens, et un autre de l’autre côté de la rue pour l’autre sens ! Heureusement, les new yorkais n’ont que deux directions pour toutes leurs lignes : Up-town et Down-Town (nord et sud), donc même pour les touristes neuneux c’est assez simple à comprendre (encore faut-il avoir une carte ou savoir de quelle rue à quelle rue on se déplace, avec les numéros c’est très facile).

un couloir de metro a new york
la station dans laquelle je me suis totalement perdue en cherchant une ligne

8- Les coursiers à vélo

C’est encore une de mes références de films et séries : on voit parfois des personnages se faire livrer des courriers express par coursiers à vélo. Et encore une fois je me disais qu’il devait s’agir d’un service assez spécial. Il n’en est rien du tout. A New York, tous les coursiers sont à vélo !

Il n’en existe aucun à scooter : c’est simple en 10 jours je n’ai pas vu un seul scooter dans la grande pomme… Là où nous avons décidé d’équiper nos livreurs de plats à emporter d’engins bruyants et polluants, les américains sont restés sur les vélos, ultra rapides, silencieux et plus écologique tu meurs ! Bon le revers de la médaille, c’est qu’il faut être un peu timbré pour être livreur : ils roulent tous comme des malades !

Avec le progrès technique, ils sont maintenant presque tous équipés de vélos électriques non bridés (je serais très curieuse de savoir combien ils parcourent avec tous les jours), et roulent à toute vitesse ! J’en ai vu beaucoup slalomer entre les voitures en plein boulevards, et les doubler ! (et non ce n’était même pas dans un embouteillage !). En traversant la rue à New York, il vaut mieux être très vigilant par rapport aux cyclistes, les véhicules sont beaucoup plus prudents.

un livreur à velo fixy

un livreur a velo electrique

9- Les comédies musicales sont une ruine !

Autant je suis fana des musées, autant les comédies musicales ne me parlent pas tellement. Pourtant lors de ce voyage j’ai voulu en voir une que je connaissais depuis petite : “Cats”. J’ai toujours voulu la voir en spectacle, à l’époque je l’imaginais en français, mais là je voulais bien tenter l’anglais (et essayer d’y comprendre quelques chose). J’ai donc regardé sur internet et découvert que les prix les plus bas étaient autours de 70$, mais que la comédie se vendait également sur TKTS, le bon plan pour acheter ses billets moins chers soi-disant. Donc voilà, je me rends toute confiante au guichet du TKTS et demande 2 billets pour Cats à 50% ce jour-là. Et c’est là qu’on me demande 162$ ! J’ai cru avoir mal entendu, mais non, c’était bien leurs prix !! La vendeuse m’explique calmement, devant mon effarement total, qu’il s’agit en fait de bonnes places, d’où leur prix élevé. J’étais tellement dégoutée que je suis partie sans rien acheter. Avec Mister Monsieur on s’est mis d’accord pour que je revienne les prendre le lendemain et que j’y aille toute seule (vu que lui était à peu près sûr de s’ennuyer, je ne voulais pas qu’il vienne). Le lendemain je n’étais pas bien, cela a mis fin à l’histoire !

guichet tkts a new port

10- Les cafés sont succulents !

Toujours avec mes fameuses références de films en tête, je me voyais déjà me balader à New York avec mon mug de café à la main! Et bien c’est exactement ça ! Il y a des cafés à chaque coin de rue ! Impossible d’être à court ! Par contre, contrairement à la réputation que la ville s’est bâties sur quelques années, le café est loin d’être du jus de chaussettes! C’est vrai qu’auparavant, le café était réputé mauvais car trop dilué et des chaînes en avait fait leur business et transformé cette boisson en un ersatz de café !

Mais des petits établissements se sont depuis installés, et compte bien rehausser le niveau général : on y trouve non seulement du très bon café, mais aussi du café issu de filière durables, du bio, et du commerce éthique. Dans certains établissements on a même le choix de l’origine du café (Ethiopie, Nicaragua, etc). Les recettes ont également évoluées : pour les intolérants au lait de vache, New York c’est le paradis : on trouve du café non seulement au lait de soja (eurk!) mais également au lait d’amandes (miam miam!). En gros, il y a vraiment pour tous les goûts. Et si vous préférez les ersatz de café (après tout pourquoi pas ?) il y a toujours les grandes chaînes de distribution de cafés à emporter.

interieur d'un café à new york

11- Bonus : les rues numérotées

Bon il fallait que je la rajoute celle-là car je l’ai trouvé vraiment géniale ! Bon je vous ai parlé plus haut de mon sens extraordinaire de l’orientation, et bien pour moi New York c’est le paradis ! Pourquoi ? eh bien parce qu’un type (ou une femme, vu que l’idée est topissime lol !) a eu l’excellente idée de donner des numéros et non des noms aux rues.

Et donc ? Et bien quand vous cherchez une rue, c’est aussi simple que de chercher les numéros d’un immeuble chez nous, vous suivez les numéros, dans un sens ou dans l’autre (le plus dur c’est de trouver le sens justement). Si vous êtes dans la 110e rue et que vous devez vous rendre dans la 150e, vous savez immédiatement que vous allez marcher très longtemps, pas besoin de carte ! Alors que de la Bastille à Rivoli, cela vous dit quelque chose, vous ?

En plus il y a des numéros pairs sur toutes les parallèles et impaires sur toutes les perpendiculaires (un peu de math héhé), donc là aussi, toujours pas besoin de carte pour se repérer ! Mais pourquoi on n’a pas pensé à sa en Europe ?? Bon peut-être parce que nos rues ressemblent à des spaghettis emmêlés …

vue d'une rue à New York

Mais encore …

J’ai arrêter ma liste à 11 « choses » mais en réalité, si vous lancez sur le sujet je ne vais plus m’arrêter ! La ville est tout à la fois familière car ultra représentée dans les films, mais aussi surprenante, par bien des aspects !

Quelles sont les choses qui vous ont le plus marqués à New York ? Qu’avez-vous le plus aimé ?

Suivez moi sur Facebook Twitter et Instagram !

5 commentaires

  1. Super cet article ! Ça me rassure de savoir que je n’étais pas la seule à toujours oublier ces tips lol ! Une autre chose qui m’a marquée : les magasins ouverts 24/24. Une bénédiction !

  2. Les rues numérotées c’est la vie !!! C’est tellement facile de se diriger à New York j’étais trop fan !! 😀
    Les tips je suis d’accord, j’ai pas tout compris non plus. >_<
    Et pour la bouffe, on m'avait dit qu'il n'y avait que des burgers partout… FAUX ! Oui il y a des burgers partout, mais pas que ! On peut manger de tout et pas forcément gras, c'est vraiment super.

    1. C’est vrai que les restaurants à New York sa a été ma grande surprise : je ne m’attendais vraiment pas à un tel niveau, je pense que c’est la ville où j’ai le mieux mangé de mes voyages, c’est dire! et je n’ai pas mangé un seul burger! (j’en ai juste goûté un peu du veggan lol). Il faut juste prendre la peine de bien choisir les établissements sur Trip TripAdvisor ou sur le guide papier.

    2. Mais oui je suis complètement d’accord. New York a « une réputation culinaire » complètement erronée! On m’a toujours dit qu’on n’y mangeait que des burgers, alors que c’est là où j’ai vu la plus grande diversité de restaurants moi aussi.

    3. Oui, pour peu qu’on fasse l’effort de consulter le guide de voyage, Trip advisor, ou encore observer les vitrines, avant de se ruer dans le premier resto, la ville a beaucoup de talent à offrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *