Découverte de la mystérieuse Venise

Gondole sur le grand canal a venise

Venise : un nom connu de tous, auquel on associe mystère et romantisme. Cette ville légendaire fait rêver les voyageurs du monde entier depuis des siècles, après avoir été un des carrefours commerciaux les plus important du monde et une des cités les plus prospères d’Europe.

Si j’ai attendu si longtemps pour la visiter, c’est que je l’avais un peu mise de côté (à tort) : elle m’a fait rêver, comme le tout reste de l’Italie, pendant mon enfance, puis en grandissant je l’ai un peu oubliée. J’en ai aussi entendu dire beaucoup de mal, des touristes déçus par sa fréquentation excessive des beaux jours, qui rend sa visite infernale (ayant vécu Florence en plein été, je veux bien le croire).

C’est finalement un roman, la série de Kushiel , qui m’a convaincue de visiter Venise : ironie de l’histoire, ce roman ne se passe même pas dans notre monde réel, mais sur un continent grandement inspiré de notre Europe.

J’ai donc profité d’un des weekends longs de ce mois de Novembre pour partir à la découverte de la Sérénissime. Bien m’en a pris : Venise ne se trouve qu’à 6h de route de Grenoble, et c’est à un monde complètement différent que l’on a affaire.

grand canal venise

Arrivée à Venise

C’est donc en voiture que l’on s’est rendu à Venise : comme nous avons décidé le voyage un peu à la dernière minute, il était trop tard pour réserver quoi que ce soit pour les transports. Cela nous aura également permis de nous arrêter en chemin pour visiter la ville de Roméo et Juliette : Vérone.  Nous l’avons parcouru rapidement, avant de reprendre la route.

Ne voulant pas me retrouver piégée dans Venise en voiture, j’ai choisi un hôtel en dehors de la ville, et sur le continent, à Mestre. Contrairement à ce que je croyais, il est tout à fait possible de se rendre au centre de Venise en voiture, puisqu’un pont la relie au continent. Il permet également au train et au tramway de rejoindre la gare de Venise.  Il existe différents parking à l’entrée de Venise, mais ceux-ci coûtent assez chers. Le mieux est encore de se garer au parking relais du tram, pour regagner Venise en transports en commun (à l’arrêt San Giuliano par exemple).

Découverte de Venise

Venise est vraiment une ville exceptionnelle : sa situation de ville flottante la classe parmi les citées les plus incroyables du monde. Lorsque je m’y promenais j’avais vraiment l’impression d’être dans une des citées imaginaire de Miyazaki (Château dans le ciel, Château ambulant, Princesse Mononoké, etc). Mais non, Venise est belle et bien réelle ! Les palaces bordant le grand canal sont tout simplement époustouflants, leurs façades richement travaillées plongeant directement dans l’eau. Même si certains sont très abîmés, cela n’enlève rien au charme de la ville.

J’aime beaucoup les belles architectures, alors à Venise j’ai été servie ! Différents styles et différentes époques se côtoient harmonieusement sur les façades des bâtiments, sans la moindre faute de gout.

On se plait à imaginer la vie fastueuse que menaient les riches familles dans ces édifices, traversant les siècles pour nous raconter l’histoire d’une époque révolue. Le « petit peuple » n’est pas en reste non plus, car en s’éloignant du grand canal, on atterri rapidement dans les petites ruelles abritant des bâtiments plus modestes, mais tout aussi charmants, qui devaient héberger la classe modeste de la population. Venise parait figée dans le temps : rien n’a bougé, même le crépi des bâtiments est dans son jus d’origine. Les vénitiens ont bien conservé leur héritage. Dans les musées présentant des peintures d’époques, les toiles nous montrent une Venise en tout point conforme à celle d’aujourd’hui, à quelques détails près, des aménagements ajoutés ou retirés ici ou là.

Atmosphère de la sérénissime

On entend pleins de choses lorsqu’on ne connait pas Venise, et pour ma part j’en avais surtout entendu du mal : ville nauséabonde, trop remplie de touristes, chère, stressante, etc. Finalement ce n’est absolument pas ce que j’ai vécu ! Pas la moindre mauvaise odeur ne s’est fait sentir, les touristes, certes présents en nombre, n’ont rien de gênants à cette période de l’année, et j’ai plutôt trouvé la ville cool. Les gens déambulaient calmement, tout à leur visite ou leur travail. Je n’ai pas vu de foule comme j’avais pu le voir à Florence en plein mois d’aout. Novembre à Venise semple être plutôt le rendez-vous des familles venues faire une petite escapade en Italie et profiter d’un des plus beaux patrimoines du monde. Les bords du canal offrent même une atmosphère sereine, le clapotis l’eau aidant grandement à la détente. Il nous est arrivé plusieurs fois de prendre un bout à manger et de s’assoir au bord des canaux et profiter (on avait peut-être l’air de locaux car des touristes chinois nous ont même pris en photo depuis leur gondole, en nous faisant de grands gestes de la main !).

Que voir à Venise ?

Une fois n’est pas coutume, je n’ai presque pas préparé ce voyage ! J’étais fatiguée et pas très motivée, donc je me suis contentée de lire le guide du Routard, ce qui était déjà bien. J’ai adopté cette fois une nouvelle technique : dès que quelque chose me paraissait intéressant à faire, je surlignais en jaune le passage dans le guide, pour ne pas ensuite chercher la bonne page pendant des heures : la technique a bien porté ces fruits, puisque j’ai pu faire tout ce que j’avais prévu lors de ma lecture initiale.

Voici rapidement les grands classiques à voir à Venise (car c’est toujours par ceux-là que nous commençons n’est-ce pas ?

1-      L’incontournable Place Saint Marc

C’est elle que l’on voit dans tous les films se passant à Venise, mais c’est finalement la place qui ressemble le moins à Venise je dirais. Ici il y a beaucoup d’espace, des mon

mouette a venise

uments gigantesques, alors que dans le reste de la ville tout est plus petit et étriqué. On retrouve sur cette place Le palais des Dodges, la Basilique Saint Marc, le campanile de saint marc (la grande tour), le museo Correr et clou du spectacle, le fameux pont des soupirs. S’il ne fallait visiter qu’un monument ici, c’est bien le palais des Dodges qu’il faut voir. Il y a d’ailleurs une visite qui permet de dé

 

couvrir des lieux secrets du palais des Dodges, mais elle était déjà pleine lors de mon passage. La basilique se visite également (avec le même pass que le musée mais il faut faire la queue) et il y la possibilité de monter sur sa terrasse pour la vue. Je ne l’ai pas fait, car nous avons eu une meilleure vue depuis le musée Correr sur la place.

  

2-      Le grand canal

C’est probablement la première chose que tout visiteur aperçoit de Venise : le grand canal serpentant au cœur de la ville, avec ses gondoles et bateaux, depuis lequel on peut apercevoir les plus belles façades des palais. Nous avons embarqué dans un vaporetto (le n°2) afin de pouvoir admirer les façades d’immeubles comme il se doit, et quel spectacle ! Le soir, l’éclairage intérieur permet de voir même l’agencement interne des palais, en somme une visite express gratuite !

Grand canal et pont a venise

pont du rialto sur le grand canal venise
Le célèbre pont du Rialto

3-      Les musées

Si j’avais su que Venise regorgeait d’autant de musées, d’une si belle qualité, je serais venue des années plus tôt ! Comment imaginer qu’une surface si petite concentre autant d’histoire et d’art ? C’est pourtant le cas, certaines des collections les plus réputées au monde se nichent au fond des minuscules ruelles de Venise.

Un conseil pour visiter les musées : Venise est une des rares villes où le pass musée est vraiment intéressant. L’entrée pour le palais des Dodges est obligatoirement combinée avec celle du musée Correr et de la Basilique et coute 20€.

Si vous prenez le pass musée (comprenant les 3 sites avec le palais des Dodges) qui en plus comprend une dizaine d’autre musées dont le très intéressant palais Ca’ Rezzonico vous le paierez 24€ ! Le calcul est vite fait !

Je n’avais pas préparé alors je me suis faite avoir : j’ai payé juste 20€ l’entrée Palais de Dodges et j’ai dû repayer 10€ pour le Ca’rezzonico (mais sa visite en valait largement la peine !!)

Le fameux musée Gallerie dell’Accademia est une vraie catastrophe : il coûte une fortune (17€ tout de même) et plus de la moitié du musée est fermée ! Non content d’arnaquer ainsi  les touristes, le guide audio (coûtant la bagatelle de 10€ !) ne comprend qu’une minuscule partie des œuvres en français, le reste étant en anglais (que j’aurais pu écouter si on m’avait expliqué comment changer la langue). Bref, une équipe bien malhonnête, dans un musée ne présentant casi-exclusivement que des œuvres religieuses (en gros vous verrez la même chose en rentrant dans une des très nombreuses églises de Venise). Donc passez votre chemin.

 

[uix_dividing_line style=’gradient’ color=’dark’ width=’100%’ opacity=’17’]

Visite de Ca’Rezzonico : Cette visite a réellement été mon coup de cœur à Venise, dire que j’ai failli passer à côté … J’avais repéré ce palais dans le Guide du Routard, mais tous les palais n’ouvrent pas les mêmes jours, il faut donc faire attention à ce détail. Le matin nous partons donc avec l’objectif de visite la Gallerie dell’accademia et un palais. La visite de la galerie se révèle tellement catastrophique, que je perds toute motivation pour la journée. Quand je découvre qu’en plus je vais devoir payer l’entrée du palais une vingtaine d’euros pour deux alors que j’aurais pu la coupler dans le pass musée, ceci suffit à m’achever (enfin mon enthousiasme). Heureusement que monsieur me voyant broyer du noir décide de me trainer quand même au palais. C’est comme sa que je me retrouve quelques minutes plus tard dans le vestibule de ce majestueux palais, et que j’en oublie presque instantanément mes soucis précédents.

A savoir qu’il est inutile de prendre l’audioguide car les plaquettes explicatives dans les salles reprennent exactement le même texte (mais se lisent deux fois plus vite) !

La visite de ce palais permet de découvrir une maison de riche famille vénitienne du XVIIe siècle. Seules les fresques sont aujourd’hui d’origine, le palais ayant été transformé en musée du XVIIIe siècle. L’ensemble permet pourtant de se projeter et d’imaginer sans mal le palais dans sa splendeur d’antan.  Les meubles qui se trouvent aujourd’hui dans le palais permettent de reconstituer l’usage des pièces et de découvrir les objets dans un contexte d’époque. Une pause à la fenêtre à observer le balai incessant des bateaux et gondoles sur le grand canal et nous voilà projetés quatre siècles plus tôt, au cœur de la Venise folle et joyeuse qu’elle fut un temps.

musée ca rezzonico venise
Splendide façade du Ca’Rezzonico

4-      Les quartiers ou les sesterii

Venise est divisée en « quartiers » mais comme ils sont 6 ils sont appelés « seisterii ». Quasiment toutes les cartes reprennent les divisions des seisterii et cela facilite un peu le repérage à Venise. Finalement c’est une ville que j’ai beaucoup aimé, la raison ? Pour la première fois de ma vie, je ne suis pas celle qui se perd le plus ! Ce n’est pas une ville qu’on visite avec une carte, on se repère (enfin on essaie) avec les panneaux disséminés un peu partout sur les murs des bâtiments ou en se repérant par rapport au grand canal.

Un siester particulièrement agréable est le Canarregio, loin des foules de touristes, c’est ici que se trouvait l’ancien ghetto. Nous n’avons croisé quasi aucun touriste dans ces rues, et les bords ensoleillés du canal sont particulièrement propices à une ballade au calme. C’est peut être ici qu’on a le plus de chance d’apercevoir (enfin) les vénitiens vacant à leurs occupations. Nous avons profité de l’embarquement pour les iles de Murano et Burano pour nous promener ici (en effet leur embarcadère n’était pas loin). C’est également ici que nous avons trouvé le meilleur restaurant de notre séjour, après avoir cherché comment bien manger pendant assez longtemps.

marché flotant à Venise  

5-      La cuisine de Venise

Alors c’est là que le bât blesse : je sais que Venise dispose d’un catalogue culinaire qui lui est propre, mais j’ai eu beau cherché, je n’ai trouvé que restaurants servant des pâtes et pizza réalisées à la va-vite pour les touristes. Point de poissons, de fruits de mer, de riz et toutes les choses sensées être servies à Venise. Soyons honnêtes, j’ai très mal mangé à Venise. Je n’aime pas les pâtes (là j’étais déjà très mal partie) et les pizzas croulant sous le fromage bas de gamme ne me font pas vraiment envie.  Clairement depuis que je suis rentrée de Venise je n’ai touché à aucun plat de pâtes ou pizza tellement j’en ai fait une overdose sur place !

C’est vraiment dommage que la plupart des restaurateurs aient cédé à la facilité en ne proposant que des plats mal préparés aux touristes (qui ne sont pas très regardant faut se le dire). Alors si en plus vous avez des exigences telles que manger des légumes et/ou éviter la viande, vous êtes cuits !

Voici cependant les établissements se dégageant un peu du lot que j’ai pu trouver :

FariniCalle Seconda de la Fava : non loin de la place saint Marc, ce restaurant propose de très bonne pizzas avec des beaucoup de garniture (légumes, salade, jambon, etc). Il est souvent plein à craquer et il faut s’assoir au bar (pas de tables classiques).

Ristorante Pizzeria DolfinSalizada San Pantalon Santa Croce 81 : bon rapport qualité/prix pour des plats corrects et un bon service. Il y a vraiment beaucoup de monde, mieux vaut réserver avant. Certains serveurs parlent français.

6-      Bons plans de Venise

C’est vrai que Venise est un peu chère par rapport au reste de l’Italie, mais il y a moyen de la visiter en se faisant plaisir sans se ruiner.

L’activité inévitable à Venise consiste bien sûr à prendre les Vaporetto : prévoyez bien quels jours vous souhaitez les prendre pour ne payer le passe qu’à ces moment-là. Il faut savoir que Venise se visite surtout à pieds. Pour vous faire une idée : sur quatre jours, je n’ai pris le pass vaporetto que pour deux jours, dont un était pour aller sur les iles.

Les points de vue : Venise dispose de plusieurs points de vue, mais la plupart sont hors de prix. Mais il en existe un qui est totalement gratuit et qui vaut vraiment le détour : il s’agit de la terrasse de la fondation Teideshi, un centre commercial similaire à nos galeries Lafayettes. C’est sur le blog de UncoupleenVadrouille que j’ai trouvé ce bon plan. Il faut réserver sur internet avant d’y aller !

Les musées : comme je l’expliquais avant, il y a beaucoup de musées à Venise, et si vous aimez cela, ne vous posez pas trop de questions et prenez directement le pass musées de la ville. Les entrées individuelles peuvent être vraiment chères. Attention tous les musées ne sont pas accessibles avec ce pass.

Pour le logement, à la période où nous allions les hôtels sur Venise même étaient hors de prix, ou bien comportaient des défauts majeurs. Nous avons donc logé dans une maison d’hôte à Mestre, à 30 min en tram de Venise.

[uix_dividing_line style=’gradient’ color=’dark’ width=’100%’ opacity=’17’]

Bien qu’ayant séjourné que très peu de temps à Venise, je trouve qu’un seul article résume difficilement la magie de cette ville. Mes quatre jours sur place ne m’ont pas non plus suffit à tout visité, mais ont été un bon moyen pour une première découverte d’une des villes les plus célèbres du monde. Pour moi il va de soi que je reviendrai un jour à Venise, arpenter à nouveau ces ruelles biscornues et inattendues, et finir la visite des musées et palais de grandes familles.

Vous découvrirez dans un prochain article les visites des iles de Murano et Burano.

Vue depuis la terrasse fondation tedeishi
Vue depuis la fondation dei Tedeishi

 

Infos pratiques :

Hotel : Villa Ca’doro, sorte de maison d’hôtes, cet hôtel est situé à Mestre (45min en tram de Venise). C’est une alternative vraiment pas cher pour un hôtel près de Venise.

Visites :

  • Prendre le pass musées pour profiter pleinement des visites, comprenant le Palais des dodges.
  • Réserver la visite des lieux secrets de Venise en avance.
  • Réserver la visite du point de vue de la Fondation Tedeishi (Fondaco dei Tedeschi)

Restaurants : Voir plus haut dans le texte.

A lire : Blog d’une française vivant à Venise : L’œil de Lucie
Route : les autoroutes en Italie sont presque aussi chères qu’en France, voici le prix de l’autoroute depuis le tunnel de Fréjus jusqu’à Venise :
Tunnel : 54.30€ (aller/retour si fait dans la semaine)
Autoroute : 48.80€ (aller simple)

Découvrez tout ce qu'il y à voir à Venise, Italie. #venise #italie

Suivez moi sur Facebook Twitter et Instagram !

13 commentaires

  1. Quelles jolies photos ! Ça nous rappelle de bon souvenir 🙂
    Heureux que tu ais pu profiter de notre petit bon plan en haut du centre commercial ! La vie est superbe hein <3
    Gros coup de cœur pour ta photo de Venise de nuit avec les effets lumineux des bateaux 😀

    1. Merci ! Oui c’était un chouette bon plan ! je ne pense pas qu’il soit encore dans tous les guides touristiques ! Le « vie » est superbe, la « vue » aussi 😉 !

  2. moi bizarrement elle ne m attire pas cette ville
    tes photos sont belles
    j ai lu de super articles mais je vais l éviter pr encore quelques temps
    j ai choisi Milan à l automne
    j es père avoir des billets pas trop cher pr Florence en fin d année
    j adore l’Italie
    je pourrais y aller chaque année

    1. Je pensais comme toi à propos de Venise et puis j’ai changé d’avis et tant mieux !
      Ah ben sa tombe bien pour Milan, je viens de la visiter pour le nouvel an ! Il faut que je m’attèle à la rédaction de l’article maintenant ! Florence en hiver doit être sympa aussi (contrairement à l’été quand je l’ai vue !)

  3. C’est marrant parce que je suis dans le même état d’esprit que le tien avant d’aller à Venise. Je n’y ai encore jamais mis les pieds, j’en ai longtemps rêvé à cause de sa réputation, puis les retours d’autres voyageurs m’en ont finalement un peu fait passer l’envie, bien que la ville garde un petit attrait à mes yeux. En gros, si je tombais sur une promo particulière je pourrais me décider à y aller, mais autrement je ne cherche pas particulièrement.
    Ton article me donne envie de changer d’avis j’avoue. Tout a l’air beau et paisible, tant dans tes écrits que dans tes photos. Beaucoup plus paisible en tout cas que dans mon imagination.
    J’avais entendu beaucoup de bien de la saga Kushiel, c’est un bon rappel, je vais me la procurer pour ma Kindle! 🙂

    1. Salut ! Alors oui si tu trouve une promo vas-y sans hésiter ! surtout que s’il y a une promo, cela risque d’être sur une période creuse, donc avec moins d’affluence, donc c’est parfait. Depuis mon séjour en plus, les autorités ont décidé d’interdire l’entrée des paquebots de croisière dans la lagune, chose qui m’horripilait avant. Maintenant on peut profiter tranquillement de la ville, sans avoir la vue parfois masquée par ces énormes bâtiments flottants.
      Pour la série Kushiel, je ne vais pas te spoiler l’histoire, mais je crois que Venise n’est pas évoquée dans le premier tome mais un peu plus tard (je l’ai lu sur tablette également, avec 3 tomes d’une première série et 3 autres pour la suivante !).

  4. Hola,
    Trop la classe tes photos de Venise! Nous y étions en Septembre et on a vraiment adoré la ville! Finalement on se suit un peu dans les voyages après l’Andalousie, l’Argentine, Amsterdam, New York… maintenant Venise! 🙂

    Dis moi ta prochaine destination que je puisse réserver la mienne 😉

    1. Ah ah c’est vrai ça ! Mais je crois que c’est toujours vous qui les visitez en premier ! Donc c’est à toi de me dire la prochaine ! Tant qu’à faire on devrait y aller en même temps tiens ! lool 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *