Surf au Maroc : Imsouane, un petit bout de paradis

surf a imsouane

Ce séjour au Maroc était programmé de longue date, depuis que durant cet hiver je me suis mise à rêver de plages et de surf ! Car il y a toujours un moment au cœur de cette saison froide où le soleil et l’air marin viennent à me manquer cruellement.
Nous voilà donc arrivés à Agadir de bon matin (avec un décollage à 6h du mat’ à Lyon !) et première activité de la journée : prendre un bon petit déjeuner marocain !

plage Imsouane au coucher de soleil

 ► Retrouvez toutes les infos pratiques en fin d’article ! ◄

Direction ensuite notre destination surf : Imsouane, petit village de pécheurs sur la coté atlantique, commodément situé à mi-chemin d’Agadir et d’Essaouira. La route côtière entre Agadir et Imsouane est magnifique : elle longe l’Atlantique que l’on peut admirer quasiment tout du long, mais il n’est pas souvent possible de s’arrêter. Notre petite Dacia de location file sur la nationale, entre camions et bus de voyageurs, jusqu’au croisement séparant la route principale de l’embranchement menant à Imsouane.
Juste après, se trouve un très beau point de vue panoramique sur la baie. Nous arrivons enfin à Imsouane, niché sous une colline en bord de mer. J’appréhendais un peu ce que j’allais trouver, car en fait je n’avais entendu parler de ce village qu’au travers d’un épisode de l’émission Riding Zone avant de me mettre en tête que ce serait ma prochaine destination de vacances !

vue panoramique sur Imsouane

La côte marocaine est mondialement reconnue pour ces spots de surf de très bonne qualité. La saison de surf s’étend d’Octobre à Avril si on veut espérer avoir de grandes vagues de qualité. Si vous souhaitez juste vous amuser comme nous, il est possible d’y surfer toute l’année, l’eau ne descendant jamais en dessous des 19°C.


Nous découvrons finalement une petite ville tranquille, constituée de nombreux petits bâtiments récents, disposés de façon un peu anarchique comme souvent par ici. Le lieu doit son développement récent au surf et au tourisme qui en découle. En discutant avec les gens, j’ai compris qu’avant l’arrivée des surfeurs, le lieu n’était fréquenté que par les pécheurs qui descendaient de leurs villages dans les collines le temps de leur saison de pêche, avant de rentrer chez eux retrouver leurs familles. Voilà qui explique l’absence de bâtiments anciens, puisque seules les baraques de pécheurs devaient exister ici. Le village dispose cependant de toute l’infrastructure touristique pour pouvoir y séjourner confortablement : hôtels et pensions, restaurants et des tonnes de boutiques de location de surf !

village imsouane restaurants
barques pecheurs imsouane
imsouane

Le revers de la médaille, car malheureusement il y en a toujours un, c’est que ce développement un peu hâtif a conduit à des comportements inadaptés : par exemple, les boissons sont maintenant vendues en bouteilles de plastique et les consignes sont en train de disparaître (merci CocaCola pour son absence de conscience). Résultat, des milliers de bouteilles et plastiques en tout genre jonchent le sol des rues. Les gens ne comprennent pas que ces détritus ne partiront pas tous seuls. Quelques-un essaient de faire changer les mentalités : le staff de Olo Surf organise une collecte déchets toutes les semaines,pour tenter de faire changer les choses à leur niveau.

Le surf camp Olo Surf & Nature

J’avais réservé l’hébergement sur booking, une chambre dans une magnifique villa avec vue sur la mer. C’est en arrivant sur place (après avoir un peu tourné en rond) que je me rends compte que c’est en fait une annexe d’un surf camp : Olo Surf & Nature Celui-ci a été créé par deux marocains passionnés de surf et toute une équipe sur place pour les cours de surf et la gestion de la pension.
Olo surf est donc composé de deux villas : une est le surf camp à proprement parler, avec des chambres privées et des dortoirs, la deuxième est la villa Zitoun, avec quatre grandes chambres luxueuses. Les deux villas sont équipées de piscines, bien agréables après une séance de surf !
Le petit déjeuner est compris dans le prix et il est possible de commander le repas du soir, comme dans une maison d’hôte. Il est d’ailleurs vivement conseillé d’y manger si on veut éviter les intoxications alimentaires (j’ai mangé ailleurs, et ça n’a pas raté !).

En plus des cours de surf, Olo surf propose également des cours de yoga enseignés par des professeurs venant de l’étranger.

hotel Olo surf dar zitoun

Les cours de surf

Dès notre arrivée, nous avons voulu prendre des cours de surf le jour même ! (sachant qu’on s’était levés à 2h du matin pour prendre notre vol, vous comprenez à quel point nous étions impatients !).
Nous avons donc eu notre premier cours à Imsouane avec Adrien, un français, qui nous emmène à pieds au spot appelé la Cathédrale. J’ai un peu peur que les vagues soient trop grandes, mais finalement tout se passe bien, les réflexes reviennent petit à petit (je ne me souvenais même plus quelle était ma jambe d’appui !). Nous avions nos propres combis mais le matériel peut être entièrement loué au surf camp. Les planches sont les classiques planches en mousse pour débutants (heureusement vu que je la prends encore régulièrement sur la tête).

surfeur à la cathédrale imsouane
Spot de la Cathédrale
surf imsouane
la bay imsouane
spot de surf la bay ou baie a Imsouane
Spot de surf La Bay à Imsouane


Le lendemain nous remettons ça, mais cette fois au spot de la Bay, avec sa plus longue droite d’Afrique d’après notre moniteur du jour, Youssef. C’est vrai que sur ce spot les vagues s’enchainent, si vite que je n’ai pas le temps de reprendre mon souffle entre chaque remontée, je n’en peux plus !
Dans l’eau, de nombreux surfeurs, mais principalement débutants avec leur moniteur. Il y a une bonne ambiance, personne ne crie sur les autres lorsque l’on se percute sans le faire exprès ou en se prenant les vagues les uns les autres (ce qu’on essaie d’éviter un maximum).
Finalement, surfer ici nous plait tellement que nous décidons de prolonger notre séjour une nuit de plus (par chance il restait une place dans la Villa Zitoun).

Même les chiens admirent le paysage !
coucher de soleil a imsouane
surfeur imsouane
soleil couchant

L’intoxication alimentaire

Avec tout ça notre séjour aurait été parfait mais il fallait bien le pimenter un peu… Imsouane comprend quelques petits restaurants et nous en avions repéré deux qui nous paraissaient bien. L’un d’eux se situe face au port avec une vue imprenable sur les pécheurs rentrant leur barques. La nourriture y est très correcte quoi que le service un peu aléatoire mais toujours très gentil.
Le deuxième restaurant est une crêperie située près du spot de la cathédrale : j’étais super contente de le trouver car j’adore les crêpes ! Le restaurant propose également des tajines à la demande la veille.
L’avant dernier jour de notre séjour je tombe donc sérieusement malade après avoir mangé dans ces restaurants, sans savoir lequel exactement était en cause (d’ailleurs je ne suis sure qu’à 80% que les restaurants sont en cause, il peut s’agir d’autre chose).

creperie imsouane
echoppe a imsouane
barques de pecheurs imsouane


Cette mésaventure m’aura au moins appris une chose : ne manger que des plats cuits au Maroc (alors que leurs salades sont si délicieuses). Cela permet de réduire grandement les risques de contamination bactérienne. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai fini le séjour, en vexant tous les restaurateurs dès que je leur expliquais pourquoi je ne pouvais plus manger ni crudités, ni de jus d’orange pressé (à mon grand damne !).

Pour éviter les intoxications alimentaires de manière générale, il faut respecter quelques règles simple d’hygiène : se laver les mains avant d’avaler quoi que ce soit (en voyage ce n’est pas toujours évident), s’assurer que les fruits et légumes crus sont bien lavés, se renseigner sur l’état de l’eau du robinet (potable ou pas) et si possible utiliser une gourde filtrante.

Départ vers Taghazout

Notre séjour de quatre jours à Imsouane touchant à sa fin, nous reprenons la route vers le sud pour rejoindre Taghazout. Je dois avouer que j’ai eu du mal à quitter Imsouane, à laisser derrière nous cette jolie baie et notre maison temporaire sur sa colline face à la mer !

plage vierge imsouane taghazout maroc
Aperçu de la cote marocaine…


Nous parcourons en sens inverse la merveilleuse route en corniche avec ses paysages toujours plus saisissants. Nous ne nous arrêtons que très peu, mon état ne le permettant pas (j’ai d’ailleurs fini le voyage dans un état second avant de m’effondrer directement dans le lit d’hôtel).

plage de sable maroc
devils rock taghazout
Une des plages sur la route en Imsouane et Taghazout

Notre premier logement est une pension trouvée sur AirBnB : comme d’habitude je n’ai pas de chance avec ce maudit site. Rien ne va : la chambre pue les égouts, le lit fait mal au dos, et l’insonorisation avec les parties communes est inexistante. Nous le quittons dès le lendemain.

Nous nous installons ensuite au Hyatt que nous avions déjà découvert lors de notre précédent passage. Oui l’écart de confort est énorme mais à Taghazout il n’y a pas de logements en catégorie intermédiaire, c’est tout ou rien. Cet hôtel a au moins le mérite d’être bâti sur les hauteurs de la ville, évitant ainsi d’endommager les plages du littoral comme le font ces très nombreux concurrents.

hotel hyatt maroc taghazout
Coucher de soleil à l’hotel Hyatt


D’ailleurs c’est à peine si je reconnais Taghazout : en deux ans, des centaines de bâtiments ont été bâtis, les rues refaites, des projets immobiliers à n’en plus finir. J’ai un peu l’impression de me balader dans un gigantesque chantier avec toutes ces grues au-dessus de nos têtes. Nous finissons quand même par retrouver le spot où nous avions appris à surfer : ouf, il existe toujours et son accès n’est pas fermé. Il s’est même un peu développé, car il est maintenant possible de louer des planches de surf directement sur place, ce que nous ferons finalement, n’ayant plus besoin des cours pour ce séjour.

travaux taghazout
Vue sur les nombreux chantiers du littoral

Surf à Taghazout

Nous allons donc surfer au spot de surf au nom très rassurant de Devil’s Rock. Celui-ci s’étend de part et d’autres d’un promontoire rocheux : nous essayons des deux côtés, mais le côté droit est clairement plus difficile que l’autre (au bout d’un moment les vagues sont telles que j’ai l’impression d’être passée dans une machine à laver !).
Honnêtement, je suis un peu déçue car je trouve les vagues moins bonnes qu’à Imsouane, et la fatigue aidant, je n’arrive pas à me lever souvent sur ma planche. A savoir que ce n’était pas non plus la bonne saison pour surfer, donc on s’est contenté des petites vagues (les quelques grandes étant impossible à dompter pour nous). Ces quelques jours à Taghazout m’auront au moins permis de me muscler sérieusement les bras !

devils rock spot surf maroc

L’hotel Hyatt Taghazout Bay

L’hôtel est situé sur les hauteurs de la ville et bénéficie d’une vue imprenable sur la mer. Plutôt que de venir dénaturer la plage (il n’en reste d’ailleurs plus grand-chose), le choix a été fait de s’éloigner un peu du centre et des spots de surf. L’établissement dispose d’une grande piscine et d’un grand parc. Assez curieusement une partie de la piscine était chauffée durant notre séjour (l’eau chauffée était à 27.5° et l’eau non-chauffée à …27°, cherchez l’erreur…).
Le petit déjeuner buffet est inclus dans le prix de la chambre et il est vraiment succulent ! Il est également possible de manger le midi au restaurant en terrasse et le soir en room service pour des prix très corrects (moins de 10€). J’y ai mangé plusieurs fois pour éviter d’attraper encore quelque chose pendant ma convalescence et les plats sont vraiment bons, certains légumes provenant du petit potager de l’hôtel.

superbe hotel hyatt taghazout

Le Maroc reste une super destination surf, alliant un temps agréable à des spots adaptés à tous les niveaux. La facilité de voyage y est également pour beaucoup car les logements sont nombreux, et plusieurs modes de transport sont possibles, même si louer une voiture reste la solution la plus simple. Malgré ma mésaventure, il est certain que j’y retournerai pour progresser encore en surf.
Par contre, il y a de grandes chances que je ne m’arrête plus à Taghazout, la ville ne correspondant plus à ce que je recherche. Je me dirigerai probablement plus au nord, du côté d’Essaouira que je ne connais pas encore.

Info pratiques

Imsouane
*Hotel : Dar Zitoun
*Cours et location de surf : Olo Surf

Taghazout
*Hotel : Hyatt Taghazout
*Location de planches : directement au spot Devil’s Rock

Location de voiture : Nous avons loué une Dacia Sandero chez Carsalis Location  (à contacter directement par email sur leur site.

Imsouane paradis du surf au Maroc ! #surf #maroc #atlantique
Surf au Maroc : Imsouane, un petit bout de paradis
5 (100%) 3 vote[s]

Suivez moi sur Facebook Twitter et Instagram !

6 commentaires

  1. j’avais déjà entendu du grand bien du Maroc pour surfer, je note bien précieusement Imsouane.
    Les plages sont canons ! Je n’ai jamais surfé (l’envie ne manque pas), pourquoi pas commencer par le Maroc alors 🙂

    1. Si tu veux apprendre à surfer, le Maroc est effectivement un très bon choix car les il y en a pour tous les niveaux ! et pour joindre l’utile à l’agréable ce sera l’occasion de profiter de sa gastronomie 😉

    1. C’est vrai que j’ai passé beaucoup de temps à simplement admirer le paysage (quand j’étais malade !) d’où un nombre indécent de photos de coucher de soleil sur mon disque dur haha !

  2. Génial, je ne savais pas qu’on pouvait faire du surf au Maroc. Nous avons essayé en Australie en janvier (je n’ai jamais bu autant d’eau de ma vie 😀 ) mais c’était vraiment magique. A refaire une prochaine fois!

    1. Je viens de repêcher ton commentaire dans les spams, je ne sais pas pourquoi il était là…
      C’est vrai que beaucoup de monde nous fait cette remarque, pourtant le Maroc a des spots mondialement connus pour le surf ! Avec sa proximité de l’Europe et ses températures clémentes toute l’année, cela en fait la destination idéale pour ce sport !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *