Mon avis mitigé sur le nouveau D5600 de Nikon

présentation du D5600 de nikon

 

D5600 vs D3100
D5600 et D3100 côte à côte, les dimensions sont casi-identiques

Avant d’aller en Argentine j’ai décidé de changer d’appareil photo afin de monter un peu en gamme et d’avoir une meilleure qualité d’image j’ai donc choisi de remplacer mon ancien D3100 par le nouveau D5600 de Nikon.

Après ce voyage de 3 semaines, et plusieurs mois d’utilisation, j’ai pu me faire une idée assez précise de ce nouvel appareil photo et je vous livre donc ici mes impressions de ce boîtier reflex milieu de gamme grand public.

Pourquoi changer d’appareil photo ?

J’ai souvent lu et entendu que ce n’était pas le matériel qui faisait les bonnes photos mais la maîtrise et le talent du photographe. Je me demande bien dans ce cas-là à quoi peut bien servir le matériel pro. Dans mon cas, je possédais le D3100, entrée de gamme de Nikon, depuis 2011 et j’avais appris à très bien l’utiliser. J’en étais arrivé à un point où je pensais avoir atteint les limites de mon boitier : bien que celui-ci était équipé d’une bonne optique, mes photos manquaient de piqué, et souvent de luminosité.
En conditions difficiles, particulièrement en faible luminosité, comme dans les fêtes ou en montagne par temps mitigé, il m’était très difficile de réaliser des images exploitables.
Il a bien fallu que je me rende à l’évidence : mon boitier m’empêchait d’aller plus loin.

Cependant, le fait d’avoir appris à photographier avec un vieux boitier est très bénéfique : on apprend à ne compter que sur ses propres compétences et à ne pas dépendre des automatismes du boitier. Mes photos en mode manuel étaient de loin plus réussies que le mode auto de mon boitier. La moindre erreur ne pardonne pas non plus : un oubli de réglage des isos, ou de réglage de l’autofocus et la photo était floue. C’est un peu comme avoir un professeur très exigeant ! Ou bien apprendre le calcul à la main avant d’utiliser la calculatrice ! Cela permet de maîtriser à fond tous les aspects de l’appareil afin d’en tirer le meilleur résultat possible.

Lorsque je pense que les premiers appareils reflex argentiques n’avaient même pas d’autofocus, je n’en suis que plus admirative des photographes de l’époque ! cela dit, on était beaucoup moins exigeant sur la qualité de la photo : les définitions élevées des appareils actuels ne tolèrent pas beaucoup les écarts.

D5600 de nikon

Reflex vs Hybride : pourquoi investir encore dans un reflex ?

C’est forcément la question que l’on se pose en premier quand vient le moment de changer de boitier reflex grand public : pourquoi ne pas tout simplement passer à l’hybride ? D’autant plus que les derniers appareils ont tellement évolué qu’ils viennent concurrencer directement les reflex en qualité !

 

L’avantage avancé de ces boîtiers est leur moindre encombrement et leur poid. Comme j’ai des problèmes de dos, ce dernier point m’intéressait tout particulièrement.
Je me suis donc penchée sérieusement sur la question, surtout quand je vois que de très nombreux blogueurs voyage ont délaissé leur reflex au profil d’un hybride.
J’ai donc commencé à chercher l’équivalent de ce que j’avais déjà, c’est à dire un hybride avec un capteur APC-S (certains ont des capteurs plus petits) et avec une optique à ouverture constante 2.8. J’ai vite réalisé que les optiques des hybrides sont beaucoup moins lumineuses que celles des reflex et que si je voulais rester sur la même performance, le zoom allait être très cher et très encombrant. A quoi bon ?

 

Le zoom du Sony A6000 par exemple n’ouvre qu’à 3.5 en ouverture maximale et voici l’équivalent de mon zoom ( Gloups!)
L’équivalent hybride de mon Nikon + zoom à 2.8 allait donc me couter plus de 1000€ et finalement peser à peu près le même poids. De plus l’absence de viseur optique est un très gros défaut pour moi. Donc exit l’hybride.

 

Résumé des avantages et inconvénients de chaque appareil :

[uix_column_wrapper top=’20’ bottom=’20’ left=’0′ right=’0′] [uix_column grid=’6′]

Reflex grand public (APS-C)

  • moins cher à performances égales
  • viseur optique de très bonne qualité
  • optiques plus lumineuses
  • bien meilleure batterie
    préhension plus ergonomique
  • poids plus ou moins équivalent
  • parc d’optiques plus développé

les moins :

  • plus encombrant
  • moins discret
[/uix_column] [uix_column grid=’6′ last=’1′]

Hybride capteur APS-C

  • boîtier plus compact
  • automatismes plus performants
  • appareil plus discret et passe-partout
  • certains boîtiers sont moins lourds
  • moins bruyants

 

les moins : 

  • plus cher
  • pas de viseur optique
  • qualité des photos encore légèrement inférieure aux reflex
[/uix_column] [/uix_column_wrapper]

 

Dimensions du D5600

Ce qui surprend la première fois que l’on prend le D5600 en main c’est son poids : celui-ci est incroyablement léger ! Mon ancien D3100 était déjà un poids plume, mais le D5600 est encore plus léger, ce qui est vraiment surprenant.
Son gabarit est par contre à peu près similaire, c’est un boîtier très petit, qui rentrera dans la plupart des sacs à main. L’objectif cependant risque de l’alourdir de façon conséquente.
De ce côté là je ne suis pas sûre que les hybrides fassent beaucoup mieux : ils sont plus petits certes, mais leur poid reste équivalent.

J’ai récemment réussi à faire rentrer mon reflex dans le compartiment haut de mon sac de rando ! C’est super pratique !

comparaison des ecrans des d5600 et d3100
D3100 à gauche et D5600 à droite

Ergonomie du boîtier et de l’écran

Sur ce point Nikon n’a pas choisi de révolutionner son boitier : de ce fait, l’ergonomie générale du boitier reste peu ou prou la même que sur mon D3100. Seuls quelques boutons ont changé un peu de place, notamment à cause du fait que l’écran à un peu grossi, ce qui facilite beaucoup le visionnage des photos.

Autre point important : cet écran est tactile ! Bien qu’au départ je n’en voyais pas du tout l’utilité, et que j’avais mal compris son fonctionnement, je le trouve aujourd’hui très utile. En effet, l’écran tactile ne vient pas du tout remplacer ici les boutons, mais apporte une navigation beaucoup plus aisée dans les menus :
par exemple, je change souvent le format de mes photos, je n’ai plus qu’à appuyer directement sur l’écran sur l’icône du format, faire mon choix et le tour est joué ! Cela me prend deux fois moins de temps que de le faire avec les boutons de l’appareil.

Par contre, dans certaines conditions particulières (les doigts mouillés, ou avec des gants) les boutons physiques nous permettent toujours de faire la même chose, bien qu’avec la disposition des icônes légèrement modifiée pour faciliter l’accès aux doigts, cette navigation soit un peu plus longue (plus d’icônes à parcourir qu’avant).

Autre particularité vraiment étrange sur ce modèle : à cause du manque de place, Nikon a décidé de placer le bouton du retardateur, auparavant sur la molette du déclencheur, en dessous de l’objectif ! Si je ne l’avais pas lu sur internet, j’aurais cherché ce bouton pendant très longtemps ! Quelle curieuse idée !

Dernier changement pour moi : l’écran orientable que n’avait pas mon ancien reflex : celui-ci est très pratique, même si je n’ai pas toujours le réflexe de l’utiliser. Il m’a bien servi à Iguazu, quand coincée derrière la foule, je n’avais d’autre choix que de photographier la main levée au-dessus des gens devant moi : j’ai donc orienté l’écran de telle sorte à ce que je puisse bien viser avant de shooter, bien pratique.

ecran orientable du d5600

Transfert de photos vers le smartphone : Snapbridge

Je dois avouer que cette fonctionalité est une celles qui m’ont fait sauté le pas pour cet achat. En effet, mon smartphone a un appareil photo bien pourri, ce qui m’obligeait à prendre des photos avec celui de monsieur, me les envoyer, puis les mettre en ligne…pas terrible (donc en gros mes réseaux sociaux étaient toujours vices !).

Snapbridge offre donc l’avantage de prendre toutes les photos avec le même appareil (et donc de tout avoir sur la même carte SD) puis de partager quelques photos avec son smartphone pour les mettre en ligne.

Bien que la fonctionnalité soit récente, elle fonctionne plutôt pas mal (depuis la mise à jour à faire soi-même sur son boitier).
L’application à télécharger sur son smartphone n’est pas du tout intuitive : je n’ai toujours pas compris la logique malgré les transferts que j’ai réussi à faire. Pourquoi l’application m’oblige-t-elle à activer mon bluetooth pour ensuite procéder au transfert par wifi ?

Il faut consacrer quelques minutes à son paramétrage pour définir la taille des photos, le mode de transfert (au départ l’appli a transféré l’intégralité des photos sur mon smartphone au lieu de se contenter de la sélection !) et la fréquence (il est possible de transférer les photos à chaque prise de vue).
Du côté du boitier, attention à bien vérifier le mode avion : celui-ci empêche l’application de s’activer mais vous fait économiser la batterie.

Points négatifs
Bien que ce boitier soit une amélioration considérable par rapport à mon ancien D3100, je lui reproche quand même certains aspects.

    • Bruit : Lorsque j’ai testé l’appareil pour la première fois, j’étais convaincue qu’il était défectueux et je l’ai renvoyé. Mauvaise surprise, le remplaçant fait le même bruit horrible au déclanchement, bien supérieur à celui du D3100 avec la même optique ! Je ne m’explique pas ce bruit, d’autant que parfois quand l’appareil est éteint, j’entends des pièces bouger au niveau de l’obturateur, très rassurant …

 

    • Menus : Le plus embêtant étant la navigation dans les menus : je m’explique, lorsque je veux par exemple faire une mise au point ciblée, je rentre dans le menu et je choisi mon collimateur sur l’écran tactile. Ensuite de remet mon oeil sur le viseur et déclenche pour ma photo, et là je me rend compte que ça ne fonctionne pas. Et oui, il faut après chaque réglage il faut penser à sortir manuellement du menu pour pouvoir prendre sa photo, c’est très énervant ! Je n’avais pas ce problème sur mon D3100, alors pourquoi avoir ajouté ce blocage ?

 

    • Format RAW : Ma plus mauvaise surprise a été de me rendre compte la veille de mon voyage en Argentine que les photos en format RAW de ce boitier avaient triplé de volume par rapport à mon D3100 ! Résultat, ma carte SD risquait de ne pas me suffire pour shooter pendant 3 semaines consécutives et je n’avais plus le temps d’acheter une nouvelle carte mémoire. J’en ai finalement pris plusieures, et je me suis limitée en choisissant à chaque prise de vue le format le plus pertinent. Mais je me questionne : est-ce que Nikon travaille l’optimisation de la taille de ses photos ? car la mémoire de mon pc a une limite …
      Par ailleurs, ce nouveau format de RAW n’est détecté ni par ma version de lightroom, ni par windows 10, la joie …. J’ai du téléchargé un petit utilitaire pour convertire toutes mes photos afin de les exploiter.

 

    • Snapbridge : Depuis quelques mois la liaison entre mon reflex et l’application ne se fait plus. Finalement l’appli est tellement mal foutue qu’elle n’aura pas fonctionné bien longtemps, ce qui est vraiment dommage car c’est une des raisons qui m’ont poussée à investir dans ce modèle.

 

Conclusion

Je ne regrette pas mon achat tant cet appareil a été amélioré comparé à mon D3100. Il m’a permis d’améliorer grandement la qualité de mes photos (tout du moins à mes yeux) et de m’offrir de nouvelles fonctionnalités dont je ne pensais pas avoir besoin ! (pour vous en convaincre, je vous laisse regarder mes photos de l’Argentine ou encore celles de Venise !)

Avec de telles performances, je ne vois pas pour ma part d’intérêt à passer à la gamme supérieures (D7500 ou encore la gamme pro APS-C) qui contient des boitiers bien plus volumineux et plus lourds.
Par contre j’ai un peu le ressenti que Nikon a sorti ce modèle à la va-vite, il me parait un peu baclé (le bruit au déclenchement, l’application Snapbridge qui ne fonctionne pas, etc). Cet appareil aurait vraiment été parfait s’ils étaient allées jusqu’au bout de leur développement. Je suis presque sure que cet appareil me lâchera bien avant mon fidèle D3100 qui fonctionne encore parfaitement.

Edit : Lors d’une sortie photo, le reflex a tout simplement arrêté de faire la mise au point. J’ai tout vérifié, tout était bien réglé. La fonction est revenue d’elle-même, mais me laisse très inquiète quand au devenir de ce boitier.

[uix_column_wrapper top=’20’ bottom=’20’ left=’0′ right=’0′] [uix_column grid=’6′]

Avantages 

  • Qualité des photos
  • Snapbridge, même s’il est perfectible
  • Poid très faible
[/uix_column] [uix_column grid=’6′ last=’1′]

Inconvénients 

  • Bruit au déclenchement (et les pièces qui bougent lorsque l’appareil est éteint!)
  • Format du nouveau RAW
  • Nécessité de sortir des menus pour déclencher
  • Fiabilité discutable
[/uix_column] [/uix_column_wrapper]

 

Pour aller plus loin :

Avis sur le Nikon D5600 publié sur Les Numériques

Avis sur le Nikon D5600 publié sur NikonPassion.com

Avis et commentaires clients sur Amazon

Mon avis sur le Nikon d5600 : avantages et inconvénients

 

Suivez moi sur Facebook Twitter et Instagram !

12 commentaires

  1. Je ne pense pas que je passerai un jour au reflex, c’est tellement gros ! Et contrairement à toi je suis persuadée que ce n’est pas forcément de monter en gamme qui améliore les photos mais je suis d’accord qu’il y a un moment où tu te sens limitée par ton appareil photo. J’ai un hybride de tout à fait entrée de gamme et je sais qu’il a des défauts (le focus de merde notamment^^), le fait d’acheter des objectifs peu cher ne donne pas les même résultats qu’avec des choses 3/4 fois plus chères (luminosité, netteté) mais je continue de me faire la main avec les fonctionnalités de mon hybride et on verra après pour monter en gamme 🙂
    J’espère tout de même que tu réussiras à prendre du plaisir avec ce nouveau boitier, sans trop regretter ses défauts.

    1. Pour commencer un appareil photo entrée de gamme convient tout à fait, mais au bout de plusieurs années d’utilisation régulière, on arrive vraiment au bout des capacités du boitier, aujourd’hui je vois clairement la différence avec mon nouveau boitier ! C’est quand même plus sympa de revenir de voyage avec de magnifiques photos, plutôt que d’avoir les mauvaises surprises de photos ratées (erreurs dues au boitier, comme par exemple le flou à cause du manque de luminosité).

    2. Bonjour Lauriane et Milla,

      C’est aussi un avantage du reflex que Milla a parfaitement mis en avant: que ce soit en Canon ou Nikon, ou même Pentax, on peut plus facilement trouver des objectifs à grande ouverture pour des prix modérés contrairement aux hybrides. Ensuite, passer du D3100 au D5600 n’est pas une très grande montée en gamme, en revanche 7 ans d’amélioration sur le capteur (d’ailleurs pour la taille des RAW ne pas oublier qu’il ne s’agit pas d’optimisation de taille des photos mais aussi que le D3100 est un 14MP alors que le D5600 est un 24MP, de même pour LR là encore c’est Adobe le responsable puisqu’ils obligent à prendre la dernière version du logiciel pour pouvoir les lire), le processeur, le module AF etc. peuvent changer beaucoup de choses. C’est sûr que pour le moment en hybrides c’est moins évident de bénéficier de 7 ans d’amélioration à moins d’avoir acheté l’un des premiers hybrides et d’en avoir changé hier vu que c’est à peu près leur date d’existence ^^.
      J’ai personnellement le D5500 (récemment, la seule différence avec le 5600 est le snapbridge…et 100€ :p ) et le D810, bien que ce dernier ait été retravaillé niveau obturateur pour donner un bruit au déclenchement très feutré qui était un problème sur le D800 (le bruit plus discret était un bonus, l’obturateur avait surtout été revu pour limiter les vibrations qui n’étaient pas un problème sur D700 avec 12MP mais sur 36MP…), malgré tout mon D5500 est encore moins bruyant donc très étonné que le D5600 ne le soit pas mais Nikon est très curieux sur ses obturateurs puisque le D850 serait aussi plus bruyant que le D810. Néanmoins, à part à être dans un endroit très silencieux et où le bruit serait gênant type concert…sans bruit lol, dans tous les autres cas le bruit sera rarement perçu et quant à être discret à partir du moment où vous portez un appareil devant vous et que vous avez l’air de viser vous n’êtes déjà plus discret, que vous ayez un reflex ou un hybride 😉 .
      Pour la sortie du menu, Milla, normalement elle doit se faire dès que tu appuies à mi-course sur le déclencheur…

    3. Merci beaucoup Alex pour toutes ces précisions ! C’est vrai que dans mon cas ce n’est pas tant la montée en gamme que les améliorations successives de Nikon qui ont amélioré mon reflex ! Le plus que j’observe en ayant changé de modèle (série 3000-> série 5000) c’est l’écran orientable très pratique quand on veut des vues alambiquées !
      Le bruit du déclanchement ne me dérange plus maintenant, mais j’ai toujours un problème : lorsque l’appareil est éteint j’entends des bruits de pièces bouger à l’intérieur (je pense quelque chose à coté du miroir ou le miroir lui-même) ce qui n’est pas pour me rassurer …
      En tout cas je continue à profiter de mon petit reflex, et je suis toujours contente de ces photos, c’est l’essentiel !

    4. Moi aussi j’avais peur d’avoir un bruit sur le D5500 mais je me suis rendu compte que le bruit venait des accroches de la sangle qui tintaient sur le boitier lol. J’avais débuté avec un D3200 mais suis passé au plein format, j’ai pris le D5500 pour les voyages plus légers et si je devais revenir à mes débuts je prendrais directement un D5x00, ils sont plus intéressants que les D3x00 et en prenant la génération précédente pas tellement plus chers. Le gros avantage de ces reflex (Nikon et Canon, même Pentax en fait si on reste en APS-C) par rapport à ce que Lauriane a dit c’est qu’on a accès à des objectifs dans les marques Sigma et Tamron notamment qui sont bien moins chers que les versions des constructeurs pour des résultats aussi bons voire parfois meilleurs (avec même certains objectifs uniques comme les 18-35 et 50-100 f/1.8 Sigma), alors qu’en hybride ce n’est pas encore le cas pour le moment.

  2. J’ai le Nikon D5100 et j’en suis bien content. Par contre il est tombé et j’ai fissuré le contour de l’objectif. Je pense peut être le changé si l’assurance me rembourse une partie . Je ne sais pas trop quoi prendre pour le remplacer.

  3. Alors comme toi, l’absence de viseur optique est rédibitoire pour moi. Et puis j’adore le déclencheur des reflex, le clac clac. J’ai un hybride depuis 4 ans et le D7200 et je ne pourrais jamais me passer d’un reflex. La prise de photo n’est pas du tout la même.
    Pour le D7200 j’avais hésité avec un boîtier type D5600, moins cher et bien plus léger mais ça me perturbais beaucoup de ne pas avoir les molettes de réglages. J’ai tout appris sur du semi-pro (D80) et je ne trouvais plus mes réglages sur les D5500, 5600. Donc j’ai pris le D7200 qui est tombé en panne au bout d’un an. C’est une histoire que je vais raconter sur le blog dans 2 semaines d’ailleurs.

    1. Merci pour ton retour super complet !!! Je suis très curieuse de lire ton expérience avec le D7200 (je suis désolée qu’il ai eu un problème si vite !). C’est quoi cette fameuse molette de réglages ? Moi je fais tout sur l’écran (ou les boutons), la molette du D5600 me servant qu’à passer de la priorité à l’ouverture à la priorité à la vitesse. J’avais soupesé le D7200 en magasin, et je l’ai tout de suite recalé ! Ce poids et ces dimensions m’ont vraiment fait peur !

  4. Article très complet ! Moi je viens de passer à l’hybride ( Lumix GX80) et c’est vraiment très agréable par rapport au poids et à l’usage. J’ai ajouté des objectifs qui répondent à mes besoins. Et du coup je m’en sers à la fois comme un compact à dégainer facilement en ville et comme un reflex pour travailler une photo macro par exemple. Bon mes fils, fans de photos comme vous, ont tout fait pour m’en dissuader ! Mais le souvenir d’une randonnée avec sac à dos et bivouac avec en plus un sac avec mon reflex et mes objectifs m’ont définitivement fait tourner la page du reflex! En tout cas, les chroniques sont très bien!

    1. Merci pour votre commentaire ! C’est vrai que le basculement vers un hybride dépend beaucoup de notre pratique : typiquement je n’utilise qu’un seul objectif sur mon boitier (90% du temps), donc même en randonnée cela reste assez léger. Je me suis vraiment trop habituée à la visée optique de mon reflex, j’aurais beaucoup de mal à m’en passer. Sa taille ne me dérange pas vu qu’il rentre encore dans mon sac à main, de ce coté la je suis tranquille.
      Le seul point qui m’attire sur un hybride est la vidéo : ils sont beaucoup plus pratiques que des reflex et souvent plus performant de ce côté-là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close